Un bilan des émissions de gaz à effet de serre c’est quoi ?

Le bilan des émissions de gaz à effet de serre (GES) est une méthode d’évaluation GES des entreprises. Souvent pointées du doigt, les entreprises de l’industrie et du transport sont loin d’être les seules à avoir un impact environnemental. De fait, rappelons que les émissions de gaz à effet de serre par personne annuellement en France s’élèvent à 6,9 tonnes. Partant donc du principe que toute activité humaine engendre directement des émissions de GES, réaliser un bilan des émissions des gaz à effet de serre pour une entreprise, quelle qu’elle soit, semble opportun.

Les GES c’est quoi ?

Les GES sont des gaz naturels présents dans l’atmosphère, et en constante augmentation. Ils sont causés en grande partie par :

  • Le gaz carbonique (CO2) émis lors de l’utilisation d’énergies fossiles, charbon, pétrole, etc.
  • Le méthane (CH4) provenant entre autre des rizières, décharges d’ordures, élevages bovins ou encore exploitations charbonnières.
  • Protoxyde d’azote (N20) diffusé par certaines industries et par l’excès d’épandages d’engrais.
  • Les HFC (hydrofluorocarbures) utilisés dans les systèmes de climatisation par exemple.
  •  Les PFC (perfluocarbures) générés par des processus industriels comme la fabrication d’aluminium.
  • SF6 (hexafluorure de soufre) retrouvé dans les équipements électriques.
0
tonnes d’équivalent CO2 par personne en France soit ses émissions GES*

Avec la vapeur d’eau, ils sont responsables de l’effet de serre et participent grandement au réchauffement climatique. Schématiquement, les GES fonctionnent ainsi :

En somme, toutes les entreprises ont bel et bien à se soucier de leurs émissions de GES puisque ces dernières sont émises dans la majorité de leurs actions directement ou indirectement :

  • déplacements (en avion, en voiture, en bateau),
  • chauffage (en France, les émissions du chauffage des logements et des bureaux représentent des émissions supérieures à celles des voitures particulières),
  • incinération d’ordures contenant du plastique,
  • production d’électricité provenant d’énergies fossiles,
  • élevage de ruminants (bœufs, moutons, chèvres),
  • utilisation d’engrais, etc.

Le bilan des émissions de gaz à effet de serre

Réaliser son bilan GES, c’est avant tout prendre en considération tous les flux physiques concernant son activité (flux d’énergie, d’objets, de personnes) pour ensuite les faire correspondre aux émissions de GES qu’ils engendrent.

De fait : on ne calcule pas ce qui sort de son pot d’échappement mais la quantité moyenne de GES (essentiellement du CO2) émise lorsque nous brûlons 1 kg de gaz naturel. En connaissant cette quantité moyenne de GES produite par kg brûlé (soit le facteur d’émission) il nous suffira de multiplier ce chiffre par la quantité de flux brûlé.

Voici les différents scopes qui seront pris, ou non, en compte lors de la réalisation de son bilan GES :

  • Emissions directes de GES, aussi appelées SCOPE 1 : « Émissions directes provenant des installations fixes ou mobiles situées à l’intérieur du périmètre organisationnel, c’est-à-dire émissions provenant des sources détenues ou contrôlées par l’organisme ». En voici quelques exemples : les émissions des ruminants, les fuites de fluides frigorigènes, les biomasses, etc.
  • Emissions à énergies indirectes, ou le SCOPE 2 : « Émissions indirectes associées à la production d’électricité, de chaleur ou de vapeur importée pour les activités de l’organisation ».
  • Autres émissions indirectes, ou aussi le SCOPE 3 soit toutes autres émissions produites indirectement par les activités de l’organisation non comptabilisées dans le scope 2 mais bel et bien liées à la chaîne de valeurs. Parmi ce scope, on retrouvera l’achat des matières premières, la gestion des déchets générés par les activités, etc.

Voici les étapes clés pour un bilan réussi :

  • Préparer : définir un chef de projet, choisir si le bilan sera réalisé en interne ou via un prestataire extérieur, choisir la méthode, etc.

  • Définir son périmètre : organisationnel ou opérationnel. S’il est opérationnel, il s’agira de définir les sources d’émissions à prendre en considération dans le bilan. Il correspond, aux catégories et postes d’émissions liées aux activités du périmètre organisationnel. Les normes internationales en définissent 3 catégories : scope 1, 2 et 3.

  • Collecter les données : selon les informations déjà disponibles dans votre entreprise et du périmètre retenu, cette étape sera plus ou moins longue. Il s’agira également d’aller recueillir des informations chez vos parties prenantes (fournisseurs, clients, etc.).

  • Publier les chiffres : une première chose à faire une fois son Bilan Carbone® en main est de communiquer dessus ! En effet, en publiant les chiffres de son rapport, soit par obligation réglementaire (les entreprises cotées ont l’obligation de publier des informations sur la prise en compte de leur impact sur l’environnement), soit par volonté de la société civile, l’organisation fait preuve de transparence quant à son approche environnementale.

  • Contribuer à la neutralité carbone en établissant une stratégie carbone visant à la fois une réduction maximale de ses émissions soit par compensation, soit par transformation même de son modèle d’affaire.

  • Intégrer ses objectifs dans une démarche ISO 14001.

  • Sélectionner ses fournisseurs sur des critères prenant en compte les émissions de GES.

Les outils pour vous accompagner

Il existe aujourd’hui 4 approches principales lorsqu’il s’agit de réaliser un Bilan GES :

  • Méthode réglementaire opérée par le Ministère de l’Ecologie, du développement durable et de l’énergie

  • ISO 14064-1

  • GHG Protocol

  • Bilan Carbone®

Ce que l’on appelle communément le « bilan carbone » ou également bilan des émissions de gaz à effet de serre (GES) rassemble différentes notions clés. Pour comprendre complètement ces dernières et leurs imbrications, il est essentiel de connaitre la nature et le fonctionnement des émissions de gaz à effet de serre, leurs impacts et quel rôle l’organisation joue sur ces questions.

Participez à notre grande enquête nationale !

De nombreux scientifiques ont établi une baisse des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans tous les pays ayant mis en place une période de confinement. Cette pause nous a permis de réfléchir à notre manière de consommer, de nous déplacer et de travailler. Aujourd’hui nous souhaitons faire le bilan et étudier le lien entre Covid-19 et émissions de GES aussi bien au niveau de nos vies personnelles que professionnelles.

Aidez-nous à obtenir des résultats représentatifs en diffusant cette étude autour de vous !

Je participe à l’enquête !