Temps de lecture : 6 minutes

Démarche RSE :

Quels indicateurs pour progresser? 

                                
La méthodologie d’évaluation du niveau de RSE d’une entreprise par Positive Workplace, répond aux fondamentaux de l’ISO 26 000 et des ODD, ce qui fait d’elle l’une des plus complètes et pertinentes du marché.
                                

I. Qu’est-ce que la RSE ?

La Responsabilité Social et Environnementale de l’Entreprise (RSE) désigne l’ensemble des pratiques mises en place par les entreprises dans le but de respecter les enjeux et objectifs du développement durable.
                                

II. Pourquoi se doter d’une démarche RSE ?

Selon l’Ademe, la RSE possède 3 avantages principaux :

  • Augmenter les performances commerciales et financières des entreprises
  • Réduire à terme leurs risques juridiques
  • Renforcer leur compétitivité

                                

III. Le référentiel PWP : une vision complète de la RSE

Notre référentiel est l’un des plus complet et performant du marché. Et pour cause : il est révisé tous les ans afin de s’adapter aux nouveaux enjeux. De même, pour répondre à toutes les dimensions de la RSE, les questions posées sont articulées autour de 5 thèmes :

    • Pérennité dans l’exercice des activités
    • Responsabilité de la gouvernance
    • Développement du capital humain
    • Préservation de l’environnement
    • Impact positif sur l’écosystème et le territoire

PWP Manager pérénité - Positive Workplace le label RSE européen Made in France                                         

1. Pérennité dans l’exercice des activités

  • Tendre vers un modèle d’affaire durable
    Description de l’activité et de son organisation, contribution à la résolution de problématiques sociale et/ou environnementale, contribution aux ODD (Objectifs de développement durable)
  • Valoriser les valeurs de l’entreprise
    Déploiement et appropriation des valeurs de l’entreprise
  • Identifier les enjeux de l’activité
    Description des enjeux, évolution des offres ou produits pour y répondre
  • Maîtriser les risques et opportunités
    Identification des risques majeurs de l’entreprise : environnementaux, sociaux, financiers, etc. et application d’une gestion afin de les limiter
  • Structurer la stratégie RSE de l’entreprise et la coordonner
    Evaluation de la maturité de la démarche et de sa formalisation

                                

2. Responsabilité de la gouvernance

  • Partager la prise de décision
    Structuration du mode de management, présence de comité externe accompagnant les dirigeants
  • Structurer le capital social de l’entreprise
    Gestion statutaire et juridique de l’entreprise, répartition du capital social et modalité d’accès notamment aux salarié.e.s
  • Assurer le développement économique de l’entreprise
    Informations financières, communication des résultats financier, évolution de la santé et de la stratégie financière
  • Partager la richesse créée
    Redistribution des bénéfices, ratio d’équité, mesures pour limiter les écarts salariaux, politique d’augmentation annuelle des rémunérations
  • Structurer la rémunération
    Rétributions accordées aux salarié.e.s, avantages en nature

                                

3. Développement du capital humain

  • Évaluer la satisfaction des équipes
    Interrogation de la satisfaction des collaborateur.rice.s, évaluation des mesures d’amélioration du bien-être sur le lieu de travail, notation sur les réseaux sociaux
  • Assurer l’équilibre entre vie professionnelle et personnelle
    Gestion du temps de travail, nombre de jours de congés payés et RTT, télétravail, politique d’accompagnement familial
  • Veiller à la santé, sécurité et sureté au travail
    Mesures pour limiter des accidents de travail et trajet, la pénibilité au travail, les troubles musculosquelettiques ; possibilité de mise en place de campagnes de prévention ; suivi du taux d’absentéisme
  • Favoriser la diversité
    Recrutement inclusif, développement professionnel des personnes en situation de handicap, égalité professionnelle
  • Gérer les mouvements des effectifs
    Répartition des effectifs, procédures d’accueil et de départ, analyse du turnover
  • Soutenir l’emploi et le développement professionnel
    Formation, progression dans l’entreprise, recrutement des jeunes
  • Promouvoir le dialogue social
    Méthode pour favoriser le dialogue social, présence de CSE (Comité Social Economique), signature d’accords d’entreprise

                                

4. Préservation de l’environnement

  • Préserver les ressources naturelles
    Gestion des matières premières, conception des produits et services, méthode de production et de fabrication, gestion de la logistique et des transports, utilisation des produits et services, gestion des déchets, biodiversité
  • Veiller à la santé-environnement
    Politique santé-environnement concernant la qualité de l’air, de la gestion des risques environnementaux
  • Inscrire sa stratégie GES vers Zéro émission nette
    Consommation énergétique, gestion des déplacements professionnels et domicile-travail, mesure des émissions de GES (Gaz à effet de serre)
  • Tendre vers un numérique plus responsable
    Gestion du matériel informatique, des données numériques, et sensibilisation aux bonnes pratiques numériques

                                

5. Impact positif sur l’écosystème et le territoire

  • Promouvoir la solidarité dans son territoire
    Engagement civique de l’entreprise : dons ou investissements associatifs, promotion de l’activité de l’entreprise dans les établissements d’enseignement
  • Défendre l’éthique des affaires
    Conduite des affaires, gestion des controverses, respects des données personnelles
  • Ancrer son développement économique dans son territoire
    Déploiement d’une politique d’achat responsable, localiser l’activité en France
  • Valoriser la communication et le marketing responsable
    Communication prenant en compte des critères environnementaux ou sociaux
  • Assurer l’écoute et le respect du client et du consommateur
    Service clients à l’écoute de ces derniers, retours pris en compte
  • Assurer un dialogue constructif avec ses parties prenantesOrganisation du dialogue des parties prenantes

                                

IV. Des exemples concrets de recommandations données aux entreprises

Le plan d’action délivré aux entreprises permet à ces dernières de faciliter la mise en œuvre de nos recommandation grâce à notre structuration en 5 parties. En voici des exemples.

1. Sur la partie Pérennité dans l’exercice des activités :

  • Formaliser la démarche RSE et communiquer à son sujet à travers un rapport RSE
  • Définir des indicateurs de RSE à suivre et se fixer des objectifs pour progresser
  • Construire la raison d’être, l’intégrer dans les statuts et y associer des objectifs
  • Ouvrir le capital aux salariés pour davantage les impliquer au sein de l’entreprise
  • Adhérer au Global Compact afin de souligner sa responsabilité et sa contribution aux Objectifs de développement durable

                                

2. Sur la partie Responsabilité de la gouvernance :

  • Mettre en place un comité d’experts externes pouvant orienter les décisions stratégiques
  • Structurer l’identification et la gestion des risques afin de les limiter
  • Intégrer des objectifs de RSE dans les missions des salariés pour que ces dernières soient plus porteuses de sens
  • Sensibiliser davantage les équipes commerciales en formalisant leurs engagements sur les pratiques de non corruption de l’entreprise/groupe.

                                

3. Sur la partie Développement du capital humain :

  • Réaliser des enquêtes de satisfactions anonymes auprès des collaborateurs régulièrement
  • Signer la Charte de parentalité pour proposer aux salariés un environnement mieux adapté aux responsabilité familiales
  • Elaborer une stratégie de prévention des accidents de travail afin d’en réduire le nombre et la fréquence

                                

4. Sur la partie Préservation de l’environnement :

  • Promouvoir l’importance de l’écoconception auprès des parties prenantes
  • Suivre les consommations en eau et énergie du bâtiment et se fixer un objectif de réduction
  • Sensibiliser les salariés aux enjeux de la santé environnement au travail
  • Formaliser dans le livret d’accueil les bonnes pratiques numériques (gestion des mails, etc.)

                                

5. Sur la partie Impact positif sur l’écosystème et le territoire :

  • Proposer aux salariés la possibilité d’effectuer du mécénat de compétence afin de développer leur créativité et booster leur motivation en utilisant leurs compétences au profit d’une association.
  • Formaliser une charte d’achats responsables afin de créer un cadre de référence commun pour les équipes d’achats et les fournisseurs
  • Soutenir financièrement des associations locales
  • Améliorer le sourcing des produits pour savoir précisément d’où ils proviennent

Pour davantage d’informations, n’hésitez pas à nous contacter !

 

TESTEZ GRATUITEMENT VOTRE NIVEAU RSE

TESTEZ VOUS !