Temps de lecture : 9 minutes

Vers une mobilité plus douce et plus durable pour les habitants de l’Union Européenne

Activité majeure de l’économie européenne, le secteur des transports représente 30% des émissions de CO2 de l’Union Européenne. Or, dans le cadre de l’Accord de Paris, l’UE se fixe de réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES) de 55% d’ici 2030. La transition vers une mobilité plus douce et plus durable s’impose donc pour l’Europe.

Les données clés du secteur des transports

Economiquement essentiel mais climatiquement problématique, le secteur des transports est l’un des principaux émetteurs de CO2. En effet, ses émissions ont augmenté en moyenne de + 18% depuis 1990. Celles-ci sont passées de 139,4 millions de tonnes en 1990 à 156,6 millions en 2019. Le développement des axes routiers et aériens explique en grande partie cette forte augmentation. Les émissions issues du transport de passagers varient en fonction du mode de transport, et le secteur routier reste le plus polluant d’après le rapport de l’Agence Européenne pour l’Environnement 2021. Les transports routiers sont responsables de 71,7% des émissions (dont 60,6% qui proviennent de l’utilisation de la voiture).

En ce qui concerne les autres modes de transport :

  • Les transports ferroviaires sont responsables de 0,4% des émissions
  • L’aviation civile est responsable de 13,4% des émissions
  • Les transports maritimes sont responsables de 14% des émissions
  • Le reste des émissions (0,5%) concernent les autres modes de transports

Comment définit-on la mobilité douce et la mobilité durable ?

Mobilité douce

La mobilité douce et la mobilité durable sont deux concepts fortement liés.

La mobilité douce englobe l’ensemble des moyens de déplacement non motorisés comme le vélo, la marche ou encore la trottinette. La mobilité durable élargit cette définition puisqu’elle prend en compte les moyens de transports motorisés dont l’impact sur l’environnement est faible. C’est par exemple le cas des bus qui roulent au gaz naturel ou encore le covoiturage.  L’objectif est le même : privilégier des modes de transports moins impactant sur l’environnement.

Qu’en est-il de la mobilité douce en France ?

D’après une enquête réalisée par l’Alliance du Vélo dans son livre Blanc « Faire du vélo un atout », un français sur deux se dit prêt à utiliser un vélo pour ses trajets du quotidien.

En 2021 c’est plus de 2,7 millions de vélos qui ont été vendus sur le territoire Français. On constate une forte croissance de la demande. La pratique du vélo se normalise aussi bien pour des questions écologiques que pour des raisons pratiques et de santé.

Les voitures électriques ont aussi du succès auprès des français. Sur le premier trimestre de l’année 2022, le nombre de voitures électriques en circulation a connu une augmentation de +38% par rapport au dernier trimestre.

Les modes de transports se diversifient en France mais les infrastructures peinent à suivre. Les kilomètres de pistes cyclables augmentent (+ 53 000 km en 3 ans) mais principalement dans les zones urbaines, au détriment des zones rurales. De même le nombre de bornes de recharges électriques reste encore trop faible en comparaison au nombre de voitures qui circulent. L’objectif du gouvernement est d’atteindre les 100 000 bornes de recharge.

Mobilité douce

Les bonnes pratiques pour une mobilité plus douce en entreprise :

Dans le cadre de cette stratégie européenne, les entreprises ont également un rôle à jouer.  Ainsi l’entreprise a plusieurs leviers d’actions possibles pour faciliter la transition vers une mobilité plus respectueuse de l’environnement, par exemple :

  1. Sensibiliser les salarié.e.s à la mobilité douce, par exemple avec des formations à l’écoconduite;
  2. Hiérarchiser les modes de transports pour inciter les salariés à réduire l’impact environnemental de leurs déplacements professionnels;
  3. Encourager le covoiturage entre salarié.e.s pour limiter les émissions des trajets quotidiens;
  4. Financer la mobilité douce à travers le remboursement total des abonnements de transports type trottinette, vélo, transports en commun;
  5. Aménager les locaux avec l’installation de douches par exemple pour les salarié.e.s se déplaçant à vélo, ou bien équiper les parkings avec des bornes de recharge pour voitures électriques.

TESTEZ GRATUITEMENT VOTRE NIVEAU RSE

TESTEZ VOUS !