Temps de lecture : 4 minutes

Les chiffres-clés de PWP :

Qu’en est-il des inégalités au sein des entreprises ?

Si les inégalités au sein des entreprises préoccupent les salarié.e.s et dirigeant.e.s depuis de nombreuses années, elles semblent s’être accélérées en cette période de COVID. Le journal Forbes pointe du doigt la hausse des inégalités à l’échelle mondiale comme l’un des sujets actuels les plus inquiétants qui « pose de multiple questions sur la manière dont vont être réparties les richesses dans les années à venir ». Il y a une nécessité à agir et il faut considérer que les Etats seuls ne peuvent plus remplir cette mission. Les entreprises ont un rôle majeur à jouer.

Les inégalités en entreprise : constat

L’inégalité la plus connue reste l’inégalité entre les femmes et les hommes et la crise n’a cessé d’alourdir cette réalité. Cela s’explique par plusieurs raisons, tout d’abord le fait que les femmes sont majoritaires dans les secteurs les plus touchés par la crise comme l’hébergement ou la restauration, mais aussi parce qu’elles ont vu la part des tâches domestiques s’accroitre. L’OIT précise dans une étude sur l’impact de la Covid sur les femmes dans le monde que 5 % des femmes ont perdu leur emploi en 2020 contre 3,9 % pour les hommes.

Il ne faut cependant pas limiter les inégalités au sein des entreprises à cette seule occurrence, il en existe de nombreuses autres formes.

La méthodologie du programme de labellisation développée par Positive Workplace interroge les parties prenantes et permet d’étudier plus de 40 indicateurs sur la perception des salarié.e.s sur les enjeux RSE de leurs entreprises.

Concernant les inégalités en entreprises, Positive Workplace a retenu 8 indicateurs et vous en présente un classement en fonction du pourcentage d’opinion favorable.

Il résulte plusieurs observations intéressantes de ces chiffres :

  1. L’entreprise offre un bon équilibre de vie professionnelle / vie au travail (69% des salarié.e.s admettent être d’accord). En revanche, seulement 32% d’entre eux considèrent que l’entreprise facilite la parentalité. Autrement dit, le temps de travail semble raisonnable pour autant la gestion familiale des salarié.e.s n’est pas toujours facilitée par l’entreprise (ce point nécessite d’être nuancé : 36% des salarié.e.s interrogé.e.s ne se sentent pas concerné.e.s ou ne savent pas répondre à cette question).
  1. Les salarié.e.s sont majoritairement d’accord (61%) sur le fait que leur entreprise propose des formations leur permettant d’assurer leur développement professionnel. Les formations sont en effet indispensables pour lutter contre les inégalités car elles permettent aux salarié.e.s d’acquérir de nouvelles compétences et ainsi de pouvoir progresser dans son poste ou dans un secteur différent.
  2. Encore aujourd’hui et malgré dispositifs légaux et les réglementations, la question des inégalités femmes / hommes reste d’actualité. En effet, seulement 45% des salarié.e.s sont tout à fait d’accord ou plutôt d’accord avec le fait que leur entreprise prend les dispositions nécessaires pour garantir une égalité de salaire entre les femmes et les hommes.

Diverses pistes ont été explorées par Positive Workplace afin de combler ces manques au sein de votre organisation.

  • Sensibiliser les salarié.e.s, managers et dirigeant.e.s aux questions d’inégalités sociales. Il est possible de calculer son ratio d’équité afin d’avoir un état des lieux précis des écarts de salaire
  • Former les collaborateur.trice.s et ainsi permettre une évolution horizontale ou verticale
  • Faire preuve de pédagogie et accompagner les salarié.e.s est nécessaire sur certain sujet ex : la rémunération. Il est possible d’intégrer sur la feuille de paie le salaire moyen pour un poste équivalent du même secteur et ainsi donner une indication aux salarié.e.s. Concernant le bien-être financier : il est possible de mettre à disposition et/ou d’accompagner les salarié.e.s sur les aides sociales disponibles, remplir leur feuille d’imposition, etc.
  • Réaliser une short liste d’une femme et un homme lors d’un recrutement afin de lutter contre les inégalités femme/homme, notamment dans le secteur du numérique
  • Développer les mécanismes de partage de la valeur avec les BSPCE ou l’actionnariat salarié
  • Proposer aux parents la mise en place d’horaires décalées, un retour au 4/5ème les 2 premiers mois payés à 100%, ou encore limiter en général les réunions à des horaires non adaptées.

Source :

Article Forbes « Il y a un an, le Covid-19 | Les inégalités, premiers dommages majeurs de la crise du Covid-19 »

En savoir plus sur le sujet des inégalités : revoir le débat animé par Thomas Hugues avec le député Dominique Potier et Florian Masseube de Positive Workplace.

Bsmart Florian Masseube - Positive Workplace le label RSE européen Made in France

TESTEZ GRATUITEMENT VOTRE NIVEAU RSE

TESTEZ VOUS !