Temps de lecture : 7 minutes

La neutralité carbone : pourquoi il ne faut pas utiliser cet argument

Conformément aux objectifs de l’Accord de Paris, une limitation du réchauffement climatique en deçà des 2°C implique d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. C’est l’engagement de la France, traduit au travers de la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC).

La neutralité carbone, qu’est-ce que c’est ?

“Neutre en carbone”, “émissions compensées”, “empreinte carbone nulle”… autant d’expressions utilisées pour indiquer que des produits, services ou entreprises ont une “empreinte carbone neutre”. Mais qu’est-ce que cela signifie ?

Neutralité carbone - Positive Workplace

Le GIEC définit la neutralité carbone comme “une situation dans laquelle les émissions anthropiques nettes de CO2 sont compensées à l’échelle de la planète par les éliminations anthropiques de CO2 au cours d’une période donnée”, autrement dit lorsqu’un équilibre se créé entre les émissions de gaz à effet de serre générées par l’activité humaine, et l’absorption de ces gaz par des puits de carbone biologiques ou technologiques.

Bannir l’argument de neutralité carbone en communication et marketing

Les arguments liés à la neutralité carbone se sont multipliés ces dernières années. Or, selon l’ADEME, l’expression “neutre en carbone” est à proscrire. En effet, l’utilisation de cet argument induirait les personnes en erreur. En employant cette expression, il est sous-entendu que le produit ou service acheté n’a pas d’impact sur le climat. La charge mentale est effacée par cet argument, encourageant les consommateurs à continuer de consommer comme ils le font habituellement, voire plus.

Par ailleurs, L’ADEME alerte sur la « compensation carbone », cette méthode qui consiste à compenser un achat ou une action émettrice de carbone en participant au financement d’un projet favorisant la diminution ou la séquestration de gaz à effet de serre. Effectivement, compenser les émissions de gaz à effet de serre n’est pas viable à long terme. La compensation carbone ne doit intervenir seulement en dernier recours. En effet, il faut dans un premier temps mesurer les émissions de gaz à effet de serre puis mettre en place des actions concrètes pour les réduire et enfin, en dernier lieu, compenser les émissions incompressibles. Ainsi, pour limiter le réchauffement climatique en deçà des 2°C d’ici 2050, ce qu’il faut avant tout c’est réduire drastiquement les émissions de GES.

Loi climat et résilience - Positive Workplace

Vers une interdiction de l’argument neutre en carbone

En juillet 2021, dans le cadre de la loi Climat et Résilience, le Parlement a adopté un projet de loi interdisant l’emploi de la mention « neutralité carbone » ainsi que toute affirmation selon laquelle un produit ou un service est “dépourvu de conséquences négatives sur le climat”, de même que “toute autre formulation ayant une finalité et une signification similaires”.

Début avril 2022, un nouveau décret (n°2022-538) relatif à la compensation carbone et aux allégations de neutralité carbone dans la publicité en précise les modalités. En effet, les annonceurs publicitaires devront prouver que le produit ou service présenté comme neutre en carbone l’est bel et bien. Cela devra être justifié par un « un bilan des émissions de gaz à effet de serre du produit ou service concerné couvrant l’ensemble de son cycle de vie ». Par ailleurs, l’explication de « la démarche grâce à laquelle ces émissions de gaz à effet de serre sont prioritairement évitées, puis réduites et enfin compensées » devra accompagner le bilan et être accessible via un lien vers un site internet ou via un QR code. Le texte entrera en vigueur le 1er janvier 2023.

Quelques pistes pour communiquer de manière responsable sur ces sujets

Utiliser l’argument de neutralité carbone est à bannir, aux risques de se retrouver dans le prochain calendrier de l’avent de « Pour un réveil écologique » qui recense toutes les pépites de greenwashing relevées sur l’année.

Alors pour éviter cela, d’après l’ADEME, il faudrait remplacer les expressions comme « 100% neutre en carbone » par une indication sur le niveau de réduction des émissions carbone avec un pourcentage précis. À titre d’exemple, il faudrait indiquer que « telle entreprise a réduit son empreinte de X% en l’espace de 2 ans ».

Focus sur quelques bonnes pratiques

Besight, entreprise spécialisée en goodies responsables, affiche sur les produits un « BUD Score », calculé en fonction de plusieurs critères : éco-conception, empreinte carbone, durée de fonctionnement, lieu de production, etc.

Electro Dépôt, enseigne française d’électroménager, s’engage à réduire de 50% ses émissions de CO2 par produit vendu d’ici 2030. Pour cela, l’entreprise a mis en place des actions concrètes :
Eco-conception des produits : les packagings des produits sont modifiés afin de supprimer le plastique
– Offre de produits reconditionnés en magasin
– Organisation de Repair Café, des ateliers gratuits dédiés à la réparation de petit électroménager dans les magasins

TESTEZ GRATUITEMENT VOTRE NIVEAU RSE

TESTEZ VOUS !